Le français, langue romane et …germanique ?

« La plus germanique des langues romanes » : c’est ainsi que la célèbre linguiste, Henriette Walter, décrit la langue française dans un livre passionnant « L’Aventure des langues en Occident ».

Couverture livre "L'aventure des langues en Occident" de Henriette WalterQuels sont ces traits germaniques ?

Dès le IIIe s., des peuples de langue germanique pénètrent en Gaule et abandonnent dans certaines régions leur langue pour le latin. La conversion de Clovis au christianisme à la fin du Ve s. consacre cette évolution. Un nouveau bilinguisme (germanique/latin) se développe, dont on trouve encore trace aujourd’hui.

Un vocabulaire de toutes les couleurs

Ces influences se retrouvent dans le vocabulaire, dans différents domaines :

  • les couleurs : les Latins distinguaient la couleur mate et la couleur brillante : « albus » désignait un blanc mat et « candidus » un blanc brillant. Ces deux termes sont abandonnés pour « blanc ». Pour décrire le vert, le bleu, le gris, les Latins utilisaient « caeruleus » pour bleu d’azur, « cyaneus » pour bleu foncé, « caesius » pour gris-bleu, bleu-verdâtre, gris-vert, « glaucus » pour la couleur entre le vert et le bleu pâle et le gris clair, « violaceus » » pour un bleu tirant sur le violet. Le tout est simplifié avec les mots germaniques « bleu » et « gris ». De la même façon, le terme latin « flavus » (jaune d’or) est remplacé par l’adjectif blond d’origine germanique ;
  • la guerre et la construction: bourg, escarmouche, espion, flèche, guerre, hangar, lucarne, maçon, salle, etc. ;
  • la mer: bouée, chaloupe, écume, esquif, esturgeon, grappin, hareng, houle, mât, etc.
  • l’habillement et la vie domestique: bonnet, botte, bretelle, écharpe, étoffe, fauteuil, gant, poche, robe… ;
  • la cuisine: escalope, flan, gâteau, gaufre, gigot, louche, soupe ;
  • la vie rurale: bocage, blé, bûche, cresson, framboise, gazon, guêpe, gui, hanneton, hêtre, jardin, mare, parc, etc. ;
  • les animaux: chouette, bison, crapaud, étalon, mésange, blaireau, héron, mouette, renard… ;
  • des termes abstraits: besoin, besogne, harangue, hâte, honte ;
  • des adjectifs: outre les couleurs, blafard, fourbe, rêche, frais, gai, hagard, hardi, laid, leste, morne, riche, sale, franc… ;
  • des verbes: attacher, brandir, déchirer, garder, rôtir, tricoter, guérir, marcher, souhaiter, danser… ;
  • deux adverbes: guère (beaucoup) et trop (à l’origine un substantif devenu en latin médiéval « troppus » – troupeau).

De germaniques noms

En français, l’adjectif épithète est placé de préférence après le nom, mais avant dans les langues germaniques. On peut donc déceler l’influence germanique dans les noms de lieux où l’adjectif est avant le nom : Rougemont, par exemple, opposé à Montrouge, Neufchâteau opposé à Châteauneuf. Il existe ainsi 46 couples de ce type qui représentent 400 localités. Ils dessinent sur une carte de France l’histoire des implantations franques.

Aspirons notre « h »

Le « h » ne se prononçait plus en latin déjà du temps de Cicéron (106-43 av. JC). Dans les langues germaniques au contraire, le « h » se fait toujours entendre, aussi bien en allemand qu’en anglais. Ce qui explique que les mots laissés par nos ancêtres francs commencent par un « h » aspiré, qui ne permet pas l’élision et la liaison, même si, dans la langue courante, ce « h » aspiré est de plus en plus oublié. On ne mange pas, en théorie, des z’haricots, mais des haricots. Il y a ainsi 105 mots d’origine germanique commençant par ce fameux « h » : hache, housse, hameau, haie, halle, hutte, etc. (quelques autres mots, au nombre de 16, viennent d’autres langues étrangères…).

Pour en savoir plus : L’aventure des langues en Occident, de Henriette Walter, au Livre de Poche, pour tout savoir sur les langues celtiques, les langues romanes et germaniques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>